Greguti's Tumblr

Ce Tumblr me sert de carnet de notes et de citations au gré de mes lectures et balades sur le web. Vous y trouverez :

Des trucs à moi (notamment des compos à la guitare), mais aussi : musique - politique - démocratie - forteana - guitares - wikileaks - religion - croyances - sexualité - sciences - OVNI - psi - Paris - art des rues - comportement animal - psychologie - socialisme - capitalisme - écologie - EE-LV - conscience, ...

N'hésitez pas à fouiller dans les archives et à utiliser le moteur de recherche (en haut à droite).

Mon site Chez Greguti - Mon Soundcloud - Mon Twitter - Mes photos sur Flickr - Me poser une question
Recent Tweets @greguti
Who I Follow
Posts tagged "surveillance"
Ces dernières années, les dérives en matière de surveillance et de non respect des libertés fondamentales ont été nombreuses. Écoutes de journalistes, qui remettent en cause le secret des sources pourtant nécessaire à une presse libre et indépendante du pouvoir ; affaire du « groupe de Tarnac » fin 2008 durant laquelle l’impératif de lutte contre le terrorisme a servi de prétexte à une opération de communication gouvernementale à la fois absurde et anxiogène ; depuis juin dernier, multiples révélations sur l’étendue des écoutes de la NSA et sur l’enthousiasme de la DGSE à y collaborer (ces révélations ont fait vaciller le pouvoir en Allemagne, mais le gouvernement français préfère visiblement les ignorer…). Toutes ces affaires montrent à quel point un pouvoir peu ou pas du tout encadré par la justice, devient capable de toutes les transgressions, n’hésite plus à piétiner les droits des citoyens et à passer outre les gardes-fous nécessaires au bon fonctionnement d’une démocratie. Et les excès d’une société de surveillance généralisée sont d’autant plus dangereux qu’aujourd’hui les outils numériques agrègent les données personnelles de leurs utilisateurs avec une efficacité redoutable, souvent même sans que ces derniers ne s’en aperçoivent (réseaux sociaux, smartphones, technologies « cloud », logiciels espions des constructeurs, etc.).

En fait de lutte contre le système prostitutionnel, c’est-à-dire les réseaux, la loi propose une seule action: le blocage sur le territoire français des sites Internet proposant les services de prostitué(e)s. C’est ici que l’on mesure combien cette loi contre « le système prostitutionnel » est une farce hypocrite, puisqu’elle fait reposer le poids de la lutte contre les réseaux sur les clients, qu’elle met à l’amende, et qu’elle permet de restreindre un peu plus la neutralité du Net.

Là encore, on voit comment toutes les occasions et comment tous les motifs les plus nobles (et je place parmi eux la lutte pour l’émancipation des femmes asservies par des proxénètes), sont détournés de leur objectif et servent de paravent à une logique policière et totalitaire tout à fait inquiétante. Au terme de la loi, la police n’aura en effet aucune mission de traque vis-à-vis des proxénètes. Elle sera simplement chargée de surveiller un peu plus Internet. Ce qui, bien évidemment, n’aura aucun impact sur les pauvres africaines qui battent le pavé des boulevards extérieurs à Paris.

Alexander compares the public’s negative reaction to the necessity of intelligence collection to a child’s refusal to take a bath. “It’s like when you were younger — well, this is for boys,” he said. “You know, when you’re younger, you say, ‘I don’t want to take a bath.’ You say, ‘No, I’d never take a bath. Why would we want to take a bath?’ Well, you’ve got to take a bath, cleanliness, (et cetera). I said, ‘But isn’t there a better way?’ Well we don’t, so we had to take baths, right, or showers. What about here, what’s a better way to stop terrorists?”

"The surveillance of whole populations, rather than individuals, threatens to be the greatest human rights challenge of our time."

GAP’s Jesselyn Radack reads Edward Snowden’s Statement for EU Parliament Committee (par GovAcctProjTV)

Asked by Udall whether it was the NSA’s aim to collect the records of all Americans, Alexander replied: “I believe it is in the nation’s best interest to put all the phone records into a lockbox – yes.” He would not be drawn on any past attempts or plans to store cell site data for security reasons. The NSA director evaded repeated questions from Wyden over whether the NSA had either collection of cell site phone data, or planned to do so. Alexander eventually replied: “What I don’t want to do senator is put out in an unclassified form anything that is classified.”

La seule façon de garantir nos libertés individuelles et collectives à l’ère du numérique, c’est de nous y intéresser, de “mettre le nez dedans”, comme on le ferait pour le code source d’un logiciel libre. Nous pouvons nous ré-approprier la politique, en modifier le code source dans l’intérêt général, et l’invention du Net est une formidable chose pour cela. C’est bien pour ça que le réseau est gênant pour les États, toujours jaloux de leurs intérêts particuliers, qui ne sont pas toujours l’intérêt de leurs populations. En matière de démocratie, le web change la donne. Il ne tient qu’à nous d’en faire un véritable bien commun.

Négocié plutôt que débattu démocratiquement, ACTA contourne les parlements et les organisations internationales pour imposer une logique répressive dictée par les industries du divertissement. Si il était instauré, cet accord créerait de nouvelles sanctions pénales forçant les acteurs de l’Internet à surveiller et à censurer les communications en ligne. IL s’agit donc d’une menace majeure pour la liberté d’expression en ligne et est porteur d’insécurité juridique pour les entreprises de l’Internet.
Facebook ou Google soulèvent, quant à eux, d’autres problèmes. Ils centralisent plus de données qu’aucun état dictatorial n’oserait jamais imaginer. Facebook surveille notre navigation internet, fait de la reconnaissance de visages sur nos images et bien sûr, garde toutes nos données. Cela pose de grands problèmes aux États-Unis et de plus grands encore pour ceux qui ne résident pas au États-Unis : vers quelle juridiction allez-vous vous tourner en France si Facebook abuse de vos données aux États-Unis ? Et puis, il y a aussi les caméras de surveillance et les téléphones portables, qui peuvent maintenant se transformer en dispositif d’écoute ou transmettre des coordonnées GPS. Le téléphone portable, c’est le rêve de Staline.
Ce système permettra de croiser l’identité du citoyen avec son comportement de consommateur. Il sera également possible de lire le contenu de la carte à distance, sans contact, grâce à la technologie RFID. N’importe quelle personne possédant un lecteur de puces RFID pourra capter les données figurant dans la carte, ouvrant ainsi le champ à toutes les dérives possibles.
As the study points out, encouraging the ‘cooperation’ between internet providers and the content industry amounts to privatised policing, violating the rule of law and the right to fair judicial process. ACTA also allows for the monitoring of internet users without initial suspicion, the handing over of their personal data to rights holders on the basis of mere claims and the transfer of this data even to countries without adequate data protection, all of which is in clear conflict with legal guarantees of fundamental rights in the EU. The agreement does not contain ‘fair use’ clauses or exceptions for trivial or minimal infringements. It therefore tilts the balance - both in terms of substance and of process - unfairly in favour of rights holders and against users and citizens.