Greguti's Tumblr

Ce Tumblr me sert de carnet de notes et de citations au gré de mes lectures et balades sur le web. Vous y trouverez :

Des trucs à moi (notamment des compos à la guitare), mais aussi : musique - politique - démocratie - forteana - guitares - wikileaks - religion - croyances - sexualité - sciences - OVNI - psi - Paris - art des rues - comportement animal - psychologie - socialisme - capitalisme - écologie - EE-LV - conscience, ...

N'hésitez pas à fouiller dans les archives et à utiliser le moteur de recherche (en haut à droite).

Mon site Chez Greguti - Mon Soundcloud - Mon Twitter - Mes photos sur Flickr - Me poser une question
Recent Tweets @
Posts I Like
Who I Follow
Posts tagged "Europe"

Un Internet sans neutralité est tout simplement le rêve de tout État pour mieux contrôler ce que les citoyens auront l’opportunité de lire, de voir, et d’échanger. Et le rêve de tout conglomérat commercial voulant imposer son monopole sur la production culturelle, en mettant en avant ses chaînes, ses programmes, ses productions, ses « artistes-maison », bref, pour imposer sa vision du monde aux internautes devenus avant tout consommateurs.

"The surveillance of whole populations, rather than individuals, threatens to be the greatest human rights challenge of our time."

GAP’s Jesselyn Radack reads Edward Snowden’s Statement for EU Parliament Committee (par GovAcctProjTV)

Dès lors que l’on se résout à ne rien offrir en matière de réduction du chômage, de pouvoir d’achat, ou de services publics, il devient nécessaire de braquer les regards des électeurs vers d’autres questions où les élus s’estiment mieux à même d’exhiber leur “fermeté”. À défaut d’affronter la “finance mondialisée et sans visage”, les Roms offrent un substitut certes étriqué et peu vraisemblable, mais à la fois étranger et de proximité. Peu nombreux et peu à même de se défendre, les Roms sont une cible idéale pour qui veut afficher son intransigeance à peu de frais.

“Roms : “Manuel Valls réhabilite un racisme à l’ancienne””

Au vu du projet de révision du Paquet Télécom, on comprend mieux la supercherie : feinter la protection de la neutralité en interdisant aux opérateurs de bloquer ou de ralentir tel ou tel type de trafic sur Internet. Et dans le même temps, donner un blanc-seing à ces mêmes opérateurs pour qu’ils s’enrichissent en monnayant l’octroi de condition de trafic privilégiées à un nombre restreint de services en ligne.

« Depuis vingt ans, la France a une tactique perdante en Europe. Elle dit oui et tente de ne pas le faire. Alors que la bonne tactique serait de s’opposer, mais la France refuse de le faire. Elle se tait. On a accepté le traité budgétaire, on va faire les réformes demandées mais en essayant de les limiter. C’est une politique peu glorieuse et assurément perdante », renchérit Henri Sterdyniak, économiste à l’Office français des conjonctures économiques (OFCE).

"Moi, je me suis plongé dans les Eurostats pendant six mois. Au maximum, les musulmans représentent 4% de la population de l’Union européenne", constate le sociologue Raphaël Liogier, auteur du Mythe de l’islamisation, essai sur une obsession collective, paru au Seuil en 2012. "En ce qui concerne les prévisions, il est quasiment impossible qu’il y ait un dépassement sur les 20-30 ans à venir. La population musulmane est touchée par l’écrasement démographique et avec un certain effet de retard, ce qui indique que ça va continuer à descendre." Il rappelle qu’"au niveau de l’immigration aujourd’hui, la plus forte progression est celle de l’immigration asiatique” et que des dix pays qui émigrent le plus vers l’Europe "seulement trois sont musulmans". (via TV5MONDE : Eurabia : quand le mythe passe à l’acte)

"Mario Draghi a fait une grossière erreur dans sa présentation qui biaise totalement ses conclusions. Il a comparé l’évolution des salaires en nominal (inflation inclue) avec la productivité en réel (hors inflation). » C’est un peu comme comparé un euro courant et un euro constant. « Si on reprend l’analyse en corrigeant cette erreur, on voit que la France a eu une politique équilibrée et respectueuse de la cohésion au sein de l’union, alors que l’Allemagne est en grande partie responsable des déséquilibres et donc de la crise de la zone Euro."

Against the background of Netanyahu’s approval of the construction of 1500 new settlements in east Jerusalem last December, European countries that are traditionally among Israel’s closest allies (Germany, the UK, France and Portugal) publicly expressed their displeasure with Israel’s blunt disregard for Peace Process efforts. In a similar vein, EU High Representative Catherine Ashton described the Israeli settlement policies as “extremely troubling”. And - only adding to this growing tension between Israel’s roughshod foreign policies and the EU’s pledges for two-state-diplomacy - Israeli foreign policy is rather unlikely to follow a more accommodating course following the outcome of the latest Israeli parliamentary elections at the end of January 2013.
La confiscation démocratique (comme en Grèce quand ordre fut donné à Papandréou, alors premier ministre, de renoncer à organiser un référendum sur le plan d’austérité demandé par Bruxelles) qui s’ensuivi avec la mise en place d’un gouvernement « de technocrates » (en Grèce, ce fut un gouvernement d’ « experts ») chargé d’imposer l’austérité a, par ricochet, scandalisé une partie de l’opinion et donné des ailes au mouvement de Beppe Grillo. Ce dernier a d’autant plus pu dénoncer « une gauche et une droite interchangeables » que le parti démocrate n’a rien trouvé à redire au professeur Monti dont il a voté l’essentiel des réformes… Ce rétablissement de la démocratie par le suffrage universel, au terme d’une campagne qui ne fut pas aussi médiocre que veulent le faire croire la plupart des observateurs, remet au moins la politique au centre du jeu.

La commission européenne, sous l’influence des lobbies patronaux, a œuvré depuis les années 1990 en faveur du développement des infrastructures de transport, avec l’idée que leur « insuffisance » était une barrière à la libre circulation des produits au sein du Marché unique et, par conséquent, entravait la croissance économique de l’Europe, la « compétitivité », et l’« attractivité des territoires ». Tout se tient dans cet argumentaire libéral structuré vendu aux populations au nom du renforcement des liens entre les pays européens.

Avec une logique concurrentielle similaire, il faut un « GRAND stade » dans chaque GRANDE ville si on veut rester dans la COUR DES GRANDS DU FOOT EUROPÉEN, ce qui est considéré par certains élus comme un critère majeur de succès, y compris électoral.

Ce qui se passe en ce moment en Europe, en Espagne, au Portugal, en Grèce, en Italie, au Royaume-Uni, ce n’est pas que surgissent ex nihilo des groupes radicaux venus menacer la quiétude de la “population”, mais que les peuples eux-mêmes se radicalisent devant l’évident scandale qu’est l’ordre présent des choses. Le seul tort de ceux qui, comme les gens de Tarnac, sont issus du mouvement antiglobalisation et de la lutte contre la dévastation du monde, c’est d’avoir formé un signe avant-coureur d’une prise de conscience désormais générale.

En 2007, l’ambassadeur des USA à Paris envoie un mémo à Obama : il conseille de mettre en place des mesures de punition contre l’Europe qui refuse d’adopter les semences OGM produites par Monsanto, enjeu stratégique. “Des mesures lentes, durables dans le temps”, suggère l’ambassadeur, qui parle de véritable guerre économique. L’Espagne est déjà convaincue par un intense lobbying, et, dit-il, “si l’Espagne tombe, le reste de l’Europe suivra”. Le mémo raconte aussi comment le pape serait de plus en plus convaincu de l’intérêt des OGM, après l’intense lobbying auprès de ses conseillers. L’ambassadeur semble croire que si le pape se déclare en faveur des OGM, alors la population suivra et les gouvernements devront céder sous la pression populaire…